L’association

L’insuffisance cardiaque terminale constitue un véritable problème de santé publique de part le nombre de personnes atteintes (environ 120 000 nouveaux cas par an) et les coûts qu’elle génère (1,6 milliard d’euros par an).

A l’étranger, chaque centre « implanteur » dispose d’un personnel dédié à ce type de prise en charge. On les appelle les « VAD Coordinator » (VAD pour Ventricular Assist Device ou Dispositif d’Assistance Ventriculaire). En France, ce n’est qu’en 2010 qu’un poste d’infirmier « VAD coordinateur » a été créé à Rennes. Aujourd’hui il existe plus d’une vingtaine de centres « implanteurs » en France, mais tous ne disposent pas d’équivalents temps-plein de VAD coordinateurs.

Afin de promouvoir le développement de cette fonction et d’améliorer la prise en charge des patients porteurs d’un dispositif d’assistance cardiaque, nous avons choisi de créer une association de professionnels impliqués dans le suivi de ces patients.

La Coordination Francophone pour le Développement de l’Assistance Cardiaque (COFDAC) a donc vu le jour au printemps 2015 et les statuts ont été déposés à la Préfecture d’Ille et Vilaine le 11 avril 2015. Cette association à but non lucratif a pour objectif de réunir les différents Coordinateurs de soins auprès des patients porteurs d’une assistance cardiaque mécanique des centres implanteurs francophones dans le but de partager et d’uniformiser les pratiques.

MEMBRES DU BUREAU :

  • Véronique Desriac, VAD coordinatrice au CHU de Rennes et pionnière de cette nouvelle fonction en France – Présidente de l’association.
  • Pascale Rouault, deuxième VAD coordinatrice au CHU de Rennes – Trésorière de l’association.
  • Véronique Place VAD coordinatrice à la Clinique Saint-Luc à Bruxelles – Secrétaire de l’association.
  • Barbara Anquetil, VAD coordinatrice au CHU du Haut Lévèque à Bordeaux – Vice Secrétaire.

Véronique Desriac

Véronique Place


Barbara Anquetil

 


Les objectifs de cette association sont multiples mais centrés sur une valeur commune, le «mieux être» du patient. Afin de promouvoir le succès clinique, il est indispensable : d’homogénéiser les pratiques ; de viser continuellement une amélioration de la prise en charge de ces patients insuffisants cardiaques graves sous dispositif d’assistance circulatoire mécanique ; de rechercher à améliorer leur qualité de vie en mettant en place des actions pour le développement de l’éducation thérapeutique ; de favoriser l’échange et le partage des connaissances entre professionnels de santé impliqués dans le parcours de soins de cette population spécifique et de s’investir dans l’évolution des techniques.

LA COFDAC travaille actuellement en collaboration avec la Suisse et la Belgique, et souhaite s’étendre à toute la francophonie :

 

 

Facebook